Bienvenue sur le blog de
michel hilaire...

Dialogues

Fil des billets

Sacré Joël...

Sacré Joël… t’en rates pas une pour mettre les pieds dans le plat !
Mais après tout, puisque ces cantonales sont l’occasion de débattre de l’avenir du canton, alors tant mieux, allons-y. J’espère d’ailleurs que tu as posé la même question aux autres candidats.

Tout d’abord, je crois qu’il y a plusieurs niveaux dans les choix d’aménagement. Pian n’est pas en dehors du monde et on ne peut ignorer le contexte « global ». Celui, pour résumer de la crise, de la spéculation et du pouvoir sans partage de l’argent.

Nous vivons une société où les viticulteurs sont pris à la gorge et cherchent à vendre leur terre pour se « sauver », où des gens chassés des villes par les spéculateurs sont obligés de partir à la campagne s’ils veulent un jour espérer avoir un « chez soi » et retombent dans les mains d’autres marchands, où les banquiers se frottent les mains et crient avec le gouvernement « achetez-vous du rêve, devenez propriétaire ! » tout en réduisant le pouvoir d’achat et en précarisant le travail, où même les classes moyennes sont « tondues » au quotidien. Sans compter que les collectivités locales pour s’en sortir sans (trop) augmenter les impôts n’ont guère d’autre solution que d’augmenter le nombre d’habitants pour pouvoir survivre. C’est une nasse, une pompe à fric ! On ne peut pas s’affranchir de ce contexte et reconnaissons qu’il est difficile de résister dans ces conditions…

Résister, c’est le choix que j’ai toujours essayé de faire même en dehors des périodes électorales. J’ai une autre vision de la société que celle qui domine aujourd’hui.

Désolé Joël, mais je ne commenterai pas les choix de la commune de Pian car je n’habite pas Pian et je ne suis pas au-dessus du maire de Pian qui est maître de son projet avec les habitants. Je ne peux pas prôner la liberté et l’autonomie pour les communes et leur dicter ce qu’elles ont à faire. Donc, réglez vos comptes en famille !

Je peux par contre expliciter mon choix personnel et celui du conseil que j’animais lorsque j’étais Maire. Personnellement, à la suite de Jean Lafourcade ; j’ai en effet abandonné la création de lotissements excentrés qui créaient, à Saint Pierre, un deuxième bourg au nord de la voie ferrée, j’ai décidé de ne pas permettre la construction dans les coteaux, de limiter la progression du nombre d’habitants, de remembrer les bords de Garonne et d’y créer une forêt avec des essences nobles et de réserver les constructions pour densifier le centre bourg à proximité des services. Et cela tout en imposant des normes d’aménagement visant à limiter les hauteurs de bâtiments et en obligeant à créer des clôtures végétalisées et transparentes qui n’isolent pas les gens. J’ai également utilisé la procédure de classement en « espaces boisés à conserver » pour préserver le maximum d’arborescences. Tout cela en concertation avec la population : expos, présentation, théâtre de rue, débat ….

Ajoutons à la décharge des Maires que si les règles d’urbanisme sont de la responsabilité de la commune, ceux-là n’ont que de faibles outils pour maîtriser les aménagements (et les aménageurs) car les moyens des communes ne leur permettent pas d’intervenir à égalité avec le privé. Enfin, nous assistons à une désintégration du service public de la DDE qui nous servait de conseil dans l’étude et la mise en œuvre de nos projets d’urbanisme. Les communes se trouvent démunies et/ou obligées de faire appel à des cabinets privés. J’ai d’ailleurs proposé au Conseil Général la création d’un service public d’ingénierie en urbanisme pour les petites communes.

Les élus de la majorité départementale (dont je fais partie) ont cependant proposé la création d’un « Etablissement Public Foncier Local » qui aurait permis d’acquérir des terrains, de freiner la spéculation et être le bras armé financier et technique des collectivités rurales. Je l’ai défendu localement et notre Communauté de Communes avait voté sa participation mais la droite bordelaise bloque : ils défendent bien sûr la liberté de spéculer.

Notre département a également créé, pour inciter à la réflexion et à l’action, les Conventions d’Aménagement de Bourg (CAB) qui conditionnent nos aides à une réflexion sur le centre bourg. Pour Pian la création de zones d’habitation très loin du bourg ne rentre pas malheureusement dans ce cadre.

Ainsi si nous voulons acquérir les terrains autour du collège qui feraient pourtant une réserve foncière extraordinaire pour l’avenir et commencer à dessiner un autre paysage plus proche de celui que tu souhaites, nous allons être encore soumis encore et toujours à ces lois de l’argent roi.

Qu’est-ce qu’il nous reste pour peser collectivement sinon essentiellement : le débat collectif et l’action citoyenne. C’est le sens de ma proposition de création d’une structure permanente de concertation, de débat et d’action de type d’un « conseil citoyen cantonal » que je fais en dernière page en conclusion des 10 axes d’action de mon journal de campagne. Je pense que cette initiative doit se faire en concertation avec la Communauté de Communes à qui il manque une commission et un agent responsable de la communication et de l’information. Je le proposerai sitôt élu.

Je considère donc que les terrains à proximité du collège sont un enjeu considérable pour l’avenir de notre canton. Pour l’extension du collège bien sûr mais aussi pour y créer un espace public dédié à l’enfance, au sport et à la culture… pourquoi pas y réaliser le skate park et le city stade dont tous les ados du canton rêvent près du collège ? pourquoi pas un parcours de santé donnant un côté inter-générationnel et créant du lien social ? une halle polyvalente pour accueillir spectacles et rassemblements de tous ordres ? Tout cela en préservant le foncier nécessaire à une salle polyvalente si nos moyens le permettent demain. Je n’écarte pas non plus la possibilité de quelques maisons « pour habiter » en réfléchissant à l’intégration arborée, à la disposition conviviale pour qu’elles soient un lieu de vie et de rencontre…comme qui dirait un mini-lotissement pilote écologique et social. (c’est mon côté doux rêveur !!! pas question d’y toucher !!!)

Pour tous ces projets, encore faut-il des moyens et une volonté commune ! Je suis volontaire pour essayer car les seules batailles perdues sont celles qu’on ne mène pas ! Comme je dis au bas de ma profession de foi… encore faut-il vouloir Résister, Oser, Construire.. J’ose espérer qu’il se trouvera dans le canton demain une large majorité pour aller dans cette voie.

Mais « pour assurer » le vote massif pour Michel Hilaire et Valérie Bortot sera un message fort en ce sens.

 

Encore merci de votre soutien...

Parmi tous ceux que je reçois, deux soutiens qui me vont droit au coeur, celui de François Lefebvre et de Jacky Gratecap....

 

Vous avez la parole...

Lors des différentes rencontres avec les candidats, par lettre ou par internet, vous pouvez poser vos questions, demander des explications ou des éclaircissements. "Dialogue" en rendra compte".