Bienvenue sur le blog de
michel hilaire...

A MON AVIS ........

 

Fil des billets

La Garonne...toujours et encore...

Sachant mon attachement à ce fleuve, vous êtes nombreux à me faire parvenir des documents sur la Garonne.
Je vous en propose aujourd'hui trois que j'ai retenus pour l'originalité de leur regard :

 

Partenariats Public-Privé... une gauche qui nous fait enfin rêver... maintenant...

Notre groupe Front de Gauche du Conseil Général s'est toujours opposé aux partenariats public-privé (PPP) que nous considérons comme une arnaque monumentale et un détournement à long terme de fonds publics vers le privé.
Je vous ai aussi fait part depuis 2010 de notre étonnement de voir la majorité de gauche/ PS militer activement avec le soutien de la droite pour ce mode de fonctionnement mis en place aussi bien pour financer la LGV que les Centres Sociaux du Département...
Nous avons d'ailleurs voté contre la récente décision de financer 12 bâtiments sociaux en Gironde par ce moyen.
A chacune de nos interventions, il nous a été opposé une incapacité du Front de Gauche (resté trop "communiste") à saisir les évolutions du monde moderne et une tendance maladive à diaboliser le privé.
Mais, les choses évoluent ...après Alain Rousset qui a dénoncé publiquement ce mode de financement (il est vrai que c'était pendant la campagne électorale), voici une déclaration datant de lundi dernier du ministre du budget Jérôme Cahuzac.
Mais après avoir applaudi les déclarations de Rousset et Cahuzac des deux mains, allons jusqu'au bout.
On peut tourner le problème dans tous les sens , la question centrale qui est posée aujourd'hui est la création en France d'un Pôle Financier Public d'Investissement qui ne nous oblige plus à passer par la case Partenariat Public-Privé ou par la case emprunt toxiques. Ce pôle pourrait être créé par la mise en réseau des institutions financières (Caisse des Dépôts, Crédit Foncier, OSEO, CNP, Banque Postale) et des banques et assurances mutualistes. Ce réseau chargé de missions de services publics du crédit et de l’épargne favoriserait l'emploi, la formation, la croissance réelle, l'environnement...en soutenant en priorité les PME, les collectivités locales, la politique du logement. Bien sûr enfin, il ne devrait pas être géré par le MEDEF, ni par Bernard Arnaut mais associer à sa direction les représentants des entreprises, les collectivités locales, les salariés, les associations de consommateurs et de défense de l'environnement.
Vous trouvez que je rêve et que je demande la lune ? Il suffit pour cela d'une loi votée par un parlement de gauche...et puis... la gauche n'est-elle pas faite pour rêver (et construire) un autre monde ? N'avons nous pas enfin voté pour le changement maintenant !

 

Traité Européen...le débat continue...

Depuis quelques semaines, je reçois des "tonnes" de documents et d'informations sur le traité européen. Même si je trouve d'ailleurs ahurissant qu'un traité aussi important n'ait pas fait débat avant d'être voté, il n'est jamais trop tard pour bien faire.
Je vous avais déjà transmis la feuille spéciale de l'Huma sur le sujet ainsi que l'appel d'élus du Sud-Gironde puis la réponse de Martine Faure ; voici l'avis très argumenté de Chevènement (MRC), l'intervention de Pierre Laurent (PCF) et la lettre que j'ai reçue il y a quelques jours de Liem Hoang-Ngoc (PS).
Placide, dessinateur pertinent et impertinent qui m'a autorisé à publier ses dessins, a aussi un avis sur la question :
12-10-03-ayrault.jpg

 

Un monde d'aliénés...

Lors d’une de mes récentes permanences, une jeune femme sortant d’une clinique (ou d’un Hôpital, je ne sais plus…) a eu cette terrible formule : « Quand on rentre là-dedans, notre corps ne nous appartient plus ».
J’en ai encore la chair de poule…j’avoue qu’à ces mots, je n’ai pu soutenir son regard plein de tendresse, de désespoir, d’émotion et d’humanité.

En la questionnant pour en savoir plus, elle m’a expliqué qu’il ne s’agissait pas là de l’inquiétude légitime de confier « sa vie » à des professionnels (ce qui serait après tout compréhensible) mais du sentiment d’être l’objet d’enjeux bien éloignés du soin et du patient, d’être seulement un objet de paperasse et de profit, l’impression d’être traitée « à la chaîne », sans compter la difficulté de savoir « ce qui va se passer » et « où on va », alors qu’on est le premier concerné…en un mot l’impression de se retrouver étranger à son propre corps passé à la moulinette du profit, de la tarification, de la paperasserie et de l’équilibre budgétaire …tout ceci malgré l’héroïsme d’un personnel généreux mais en nombre bien insuffisant.



Ce terrible constat revient souvent dans mes échanges :

Notre propre vie physique mais aussi sociale nous échappe de plus en plus…la viticulture n’appartient pas/plus aux viticulteurs, la commune n’appartient pas/plus aux habitants (ni même aux élus), le sport n’appartient plus aux sportifs, l’usine n’appartient pas aux ouvriers ni aux ingénieurs, la politique n’appartient plus aux citoyens, la maison n’appartient pas à celui qui l’habite ni au maçon qui l’a construite, l’argent de nos maigres économies ne nous appartient plus…l’information nous échappe totalement…tout se décide …en haut…là-bas….enfin… ailleurs.

Cela a un nom : l’aliénation. Nous devenons tous des aliénés, des « possédés », des étrangers à notre propre vie.

 

La liberté pour Georges Ibrahim Abdallah...

Voici la lettre que j'ai envoyée dès samedi à Mme Taubira, Ministre de la Justice.

 

Pour mieux comprendre le traité...

Beaucoup d'entre vous m'ont fait part de leur méconnaissance du nouveau traité européen auquel j'ai fait référence avec d'autres élus dans notre "adresse aux députés".
Ce nouveau traité sera pourtant adopté par le parlement la semaine prochaine sans aucun débat public en France. Pas un seul débat télévisé n'a eu lieu par exemple, où auraient pu s'exprimer des partisans de la renégociation (promise pourtant par le candidat Hollande).

Pour ceux qui voudraient de manière simple mieux comprendre à quelle sauce ils vont être mangés, je propose un document élaboré par l'Huma (j'en tiens à votre disposition pour diffuser autour de vous) et un argumentaire édité par le PCF.

Avec ce nouveau traité, ça n'ira pas mieux dans deux ans comme le promet le gouvernement puisque cet "accord" nous condamne à l'austérité perpétuelle, à la perte de souveraineté avec l'énorme risque de nous enfoncer définitivement dans la crise comme l'Espagne, la Grèce, l'Italie...

 

Foot et Palestine....

Palestinien Palestinien Palestinien
Pour tous ceux qui aiment le foot, voici un reportage de l'Equipe Magazine qui parle de la pratique du football en Palestine.( Lire également la 2ème partie ).
Ce qui se passe aujourd'hui en Palestine est intolérable. Pourtant la communauté internationale reste trop souvent passive en particulier concernant les prisonniers palestiniens parmi lesquels de nombreux enfants emprisonnés et torturés. A souligner cependant une récente action du gouvernement australien.

 

Oui... mais combien ça coûte....?

C'est la réponse qui est souvent faite à mes propositions par mes collègues élus, les services de l’État, les autres collectivités locales et parfois même par des citoyens convaincus de la "nécessité" de la rigueur tout azimut...hôpital et école compris !

J'essaie bien sûr d'argumenter en expliquant qu'à l'inverse, il faut "relancer la machine" par des investissements utiles et utiliser l'argent autrement au profit du bien être de tous car "l'austérité est un désastre" comme l'explique si bien Joseph Stiglitz, prix Nobel d'économie, ancien directeur de la Banque Mondiale dans l'Huma du lundi 10 septembre.

A ceux qui ne semblent pas convaincus, j'emploie les grands moyens et je conseille même une chanson de François Béranger.

 

20 septembre…VALMY…

Valmy_battle.jpg J’ai toujours présent à la mémoire le tableau affiché dans ma classe du cours moyen. Le général Kellermann, sabre au clair, cabrant son cheval au bas du moulin de Valmy acclamé par tous les soldats de la République dans un immense mouvement d’espoir annonçant la victoire des idées de Liberté, Égalité, Fraternité….

Quelques jours auparavant, les prussiens venaient d’envahir massivement le pays avec l’aide de 6000 émigrés qui avaient choisi de combattre la France de l’étranger (n’y voyez aucune allusion à Bernard Arnault…).

Les sans-culottes de Valmy allaient sauver la France et le lendemain la Convention dans sa première réunion abolissait la royauté instaurait une nouvelle société émancipatrice, respectueuse des individus comme du bien collectif : la République…

Plus de deux siècles plus tard, je suis ahuri, stupéfait, abasourdi…je n’arrête pas de me dire que ce n’est pas possible et que je vis un mauvais rêve. Chaque jour, le gouvernement et des médias nous somment d’abandonner notre liberté, de nous résigner à l’austérité et au pouvoir perpétuel des nouveaux seigneurs du CAC 40.

Un député PS René Dosière ose crier publiquement que les collectivités publiques gaspillent l’argent public et demande à l’Etat d’amputer le budget des communes et intercommunalités de 20 milliards. Même le très UMP Pélissard président de l’Association des Maires de France s’offusque d’une telle attitude. La Cour de Comptes, quand à elle, prescrit pour boucher le trou de la Sécu d’appliquer les modèles de la droite…une ponction sur les retraités avec augmentation de la CSG et suppression de l’abattement de 10% d’impôts pour ces mêmes retraités.

L'Inspection Générale des Finances rend une étude commandée par l’ancien gouvernement demandant de supprimer 60000 emplois et de prélever dans les fonds de roulement des services publics que sont les agences de l’Etat. Propositions accueillies « avec intérêt » par Pierre Moscovici et Jérôme Cahuzac. Et enfin, notre président nous propose de voter le nouveau traité européen concocté par son prédécesseur qui sacrifie la chose publique sur l’autel financier, impose l’austérité à perpétuité et soumet nos budgets au contrôle des technocrates européens.

Je suis atterré car chacune des mesures préconisées s’éloignent un peu plus chaque jour des timides engagements du candidat président mais surtout elles vont avoir un terrible effet quotidien sur le pouvoir d’achat, l’emploi, la santé, l’école…Ces mesures vont asphyxier les collectivités, les services publics, condamner la vie associative, sportive et culturelle. Ces mesures vont définitivement broyer l’idée même de la République qui fait battre mon cœur depuis le CM2.

Car, l’austérité, c’est la fin de la République, la fin de la solidarité nationale. L’austérité appelle toujours plus d’austérité, ce n’est d’ailleurs pas la conséquence de la crise, c’est la cause.

Mais jusqu’où osera-t-on aller ? Va-ton oser livrer les collectivités locales aux seuls financements privés à travers les « partenariats publics-privés » et généraliser la soumission des collectivités aux exigences des agences de notation.

Au moment où tous les sondages confirment qu’il existe une majorité du peuple pour condamner une telle soumission, la gauche doit être fidèle au peuple et à ses engagements, fidèle à Valmy et à la République.
__ Vive la VIème république !__

 

Bernard Arnault…émigré social, politique et économique…

Il y a tout en haut des coteaux de Saint-Pierre d’Aurillac, une « propriété » (aujourd’hui vendue et que l'on appelait ici la propriété d’Orlandi) qui appartenait jadis à un seigneur de Lancre, fine fleur de l’aristocratie macarienne.
Ce dernier qui avait en horreur les idées démocratiques de la révolution française décida d’émigrer en 1792 pour rejoindre l’armée de Coblence et combattre les armes à la main les idées de justice sociale. Ses biens furent confisqués et devinrent des « biens nationaux ».
Les fondateurs de notre République avaient ainsi trouvé la parade aux attaques des ennemis de la Liberté, de l’Egalité et de la Fraternité.

De la même manière le Général de Gaulle décida à la Libération, sous la pression des idées de la Résistance, de nationaliser les usines Renault pour cause de collaboration avec l’ennemi de son propriétaire. Cette réponse associée aux nationalisations des banques et à la création de la sécurité sociale ont permis un extraordinaire redressement du pays après des années de guerre.

N’y-a-t-il pas là des pistes de réponses aux décisions des émigrés actuels parmi lesquels Bernard Arnault ?
La question méritait d’être posée tellement il est clair que les deux exemples cités plus haut ont permis un développement extraordinaire du bien-être de tous et de la démocratie.

 

Si votre banque vous payait pour emprunter…

Pas facile pour beaucoup d’entre nous de négocier un emprunt avec son banquier. Les garanties à apporter sont incroyablement féroces. Promesse d’hypothèque, certificat de bonne santé, compte rendu d’opération médicale, domiciliation de salaire…à croire qu’on ne prête qu’aux riches et encore en pleine forme physique ! D’ailleurs, aux riches, on ne leur prête pas, on leur donne.

L’Etat Français vient d’avoir ce bonheur en juillet. En effet, il a placé auprès de 20 banques françaises des bons du trésor à intérêts négatifs, c'est-à-dire à moins 0,005 %. Concrètement, cela signifie que les banques paient la France pour qu’elle emprunte. Notre pays rendra donc moins que ce qu’on lui a prêté. L’Etat voulait emprunter 7,7 milliards, les banques en ont proposé 20,7 !

A y regarder de plus près, cela n’a rien de réjouissant. En effet cela signifie que les banquiers affolés par l’insécurité financière qu’ils ont eux même créé choisissent de mettre leurs économies dans le coffre-fort de l’Etat français craignant l’ implosion du système financier et les incertitudes de la bourse.

En attendant la prochaine tempête dévastatrice, les banques mettent ainsi au chaud leurs économies dans les dettes des pays jugés plus sûrs. Cet argent mis au chaud est autant de perdu pour l’investissement et l’activité économique…et d’autant de perdu pour les particuliers qui veulent obtenir un emprunt.

Pas bon signe…ce monde marche sur la tête…Ils sont vraiment devenus fous…

 

Faire du blé, c’est un métier…

Fils de paysan, je sais bien par expérience que produire des céréales, du vin ou des fruits, c’est un métier. L’agriculteur « fait » des fraises, du vin, des pommes, des cornichons ou du tournesol…dit-on ici.

Tout cela est définitivement terminé ! Ce n’est plus le paysan qui « fait » ni le meunier, ni le transformateur, ni même le grand distributeur pourtant habitué à se graisser au passage…c’est maintenant le « trader » !

Pendant que nous prenions cet été quelques bonnes journées en bord de mer ou en famille, se développait à l’échelle mondiale une extraordinaire crise de pénurie de céréales qui a excité à l’excès les spéculateurs. Misant sur les sécheresses et les famines à venir, ces derniers achètent beaucoup de blé, de soja et de maïs du matin au soir pour le compte « d’investisseurs ».

Mais, tenez vous bien, ils ont déjà acheté une bonne partie du blé qui sera semé en octobre prochain. Sachez par exemple que la tonne de blé de meulerie livrable en janvier 2015 (je dis bien 2015) a réalisé un grand bond et était côté 212 euros le 23 juillet sur le marché parisien.

On appelle cela la spéculation qui va amplifier la famine du sud mais aussi la misère au nord car nous sommes consommateurs de céréales lorsque nous mangeons du riz, des pâtes ou des biscuits. Mais nous achetons aussi pour nous nourrir des animaux de ferme nourris de céréales.

Déjà les producteurs de porcs et de volailles qui voient ainsi leur compte se dégrader demandent de ne pas être les seuls à payer la note…en souhaitant que le distributeur et le consommateur mettent la main à la poche.

C’est ainsi le spéculateur qui fait maintenant son blé et réalise des plus-values sur le dos des producteurs et des consommateurs.

Va-t-on laisser indéfiniment ces gens-là aux manettes ? La lutte contre la spéculation et le parasitisme boursier n’est-il pas une question que doivent se poser dès « maintenant » les hommes politiques de gauche plutôt que de crier comme ces derniers jours à la gravité de la crise en demandant du temps et en exonérant les spéculateurs (et leurs soutiens de droite) de leurs responsabilités.

En complément de ce billet lisez cet article paru dans l'Huma du 31 août.

 

Kadi Diop...femme ivoirienne...

J'ai rencontré Le week-end dernier Kadi Diop, cette langonnaise d'origine ivoirienne qui est menacée d'expulsion. Un comité de soutien a été constitué à l'initiative du Parti de Gauche pour demander sa régularisation. Son histoire de femme africaine est à la fois si exceptionnelle et si quotidienne qu'elle mérite un coup de pouce du destin sous forme d'une solidarité originale et multiforme. Je vous invite donc (pour commencer) à signer la pétition élaborée lors de la réunion constitutive du comité de soutien qui s'est tenue à Bassane.
Kadi Diop ne doit pas être expulsée, nous en ferons tous notre affaire !

 

Plus de subventions pour les pollueurs...

Un message envoyé par un lecteur du blog :une vidéo à voir et un appel à signer...

 

En vélo au collège...

A Saint Jean d'Illac, 87% des collégiens prennent le vélo pour aller au collège.
"c'est impossible chez nous"..."on n'y arrivera jamais"..."il y a trop de pentes"..."ça coûte trop cher"..."ça prendra trop de temps"...voilà les réponses habituelles que j'obtiens lorsque je soumets cette idée à la discussion. Je suis convaincu que cette possibilité reste à étudier. Alors, quand commencera-t-on à en parler sérieusement ?
Tiens, si c'était lors de l'étude que doit impulser notre communauté de communes sur "l’accès au collège".
"Parce que les arbres mettent du temps à pousser, il ne faut pas attendre pour les planter" rappelle un vieux dicton gascon !

 

Transports scolaires...résumé et suite...

La commune de Saint Pierre d'Aurillac vient de décider que pas un parent de sa commune ne paierait 750 euros de transport !

Voici donc le résumé du feuilleton de l'été avec les derniers rebondissements....

 

Dow chemical...sponsor des JO....

Vous connaissez ma sensibilité sur tout ce qui touche le Vietnam ; alors permettez moi un petit coup de gueule contre Dow Chemical fournisseur d'agent orange avec Monsanto pour l'armée américaine qui a arrosé à profusion le Vietnam, le Laos et le Cambodge.

Cette entreprise nominée en 2010 "deuxième entreprise mondiale polluante pour ses émissions de substances toxiques" sera un des principaux sponsors des JO de Londres.

Pas d'accord dit Christian Clavier, Président Front de Gauche du Conseil Général du Val de Marne. Respect Monsieur Clavier pour votre prise de position !

 

Le flamenco occupe les banques...

A l'attention de tous mes nombreux amis qui adorent le flamenco....
 

Il est où le déficit...?

Le déficit...quel déficit ? interroge très justement le syndicat SUD avec un schéma très clair à l'appui.
solidaires_52_A3double_couleur.jpg

 

Transports scolaires...(suite)

Lors de notre dernière séance du Conseil Général, le débat concernant le transport scolaire a été animé, je vous joins mon intervention.
Tant mieux,car cette question méritait d'être discutée. Mais après avoir fait l'objet de deux suspensions de séance suite à des modifications de dernier moment des délibérations...la "montagne du débat" a accouché d'une "souris côté décision". La somme demandée aux parents des enfants habitant à moins de 3 km est passée de 1000 euros à 750 euros !!!!... ce qui ne change rien au fond du problème.

Le groupe socialiste a défendu sa position avec pour principal argument le coût des mesures proposées. Notons que notre groupe Front de Gauche parlait de "mesures progressives dans le temps allant vers la gratuité" et que Jean-Jacques Paris proposait comme moi dans un premier temps de limiter la participation d'environ 200 euros...somme que paie par ailleurs les collégiens transportés dans la CUB même à moins de 3 km. Peut-on dès lors parler d'équité territoriale ?

Nous ne sommes pas partisans du tout et tout de suite mais d'un changement de logique et d'attitude. Proposer 750 euros même pour une minorité est inadmissible. L'injustice reste une injustice qu'elle s'applique à tous ou seulement à quelques-uns !

Concernant le coût des mesures, il est d'ailleurs à vérifier de près et à discuter car comment expliquer que ce coût soit "insupportable" pour la Gironde et que les Landes et le Lot et Garonne qui ne sont pas réputés "riches" l'aient mis en œuvre ; ce ne sont pourtant pas des départements "riches". Il semblait également très contradictoire d'affirmer que le nombre d'élèves concernés par les "moins de trois km" était "dérisoire" mais que le coût était "immense".

Il aurait mieux valu, c'est mon avis, dire franchement dans le cas présent "on a fait une grosse bourde" que d'essayer de la justifier. Il n'est d'ailleurs jamais trop tard pour se "rattraper" et valoriser ainsi tout le travail admirable du Conseil Général concernant les transports publics.

- page 3 de 8 -