L’austérité est-elle La solution à la crise ?

OUI ! Bien sûr ! nous disent tous les technocrates libéraux des grandes institutions financières de l’Europe au FMI. C’est aussi ce que pense un grand nombre de personnes de bonne foi pour lesquelles il est évident qu’en période de « crise et de pénurie », il faut écraser la dépense publique.

Le débat fait donc rage également dans les collectivités publiques locales où la droite (appelons un chat un chat ) demande partout à l’occasion du vote des budgets une baisse des dépenses publiques pour pouvoir mieux protéger le pouvoir d’achat « privé ». Sous-entendu, chaque centime économisé par vos élus c’est un centime de plus dans votre poche.

Hélas les choses ne se passent pas en réalité ainsi …mais fort de ces principes l’Europe et le gouvernement n’hésitent pas à punir les élus qui s’obstinent à créer des écoles, des crèches, des centres de loisirs, des locaux associatifs, à rénover les routes, les stades… Ils sont donc soumis à l’austérité, privés de subventions, de moyens et de dotations.

Notons au passage que la punition des communes ne remplit pas les poches des citoyens que vous êtes et qui sont eux aussi soumis à la même torture qu’il s’agisse de la retraite, du pouvoir d’achat, des salaires, des conditions de travail et du fameux ANI

Tout ça est donc à regarder de très près et mérite réflexion car :

  • si les élus faute de moyen suppriment des services ou en augmentent les tarifs, qui paiera sinon les citoyens ? Beaucoup de communes n’auront par exemple pas d’autres choix l’an prochain que de faire payer les animations prévues dans les « rythmes scolaires ». En fait, l’austérité pour les communes, c’est du pouvoir d’achat en moins pour les habitants.
  • si on appauvrit les citoyens et les communes, peut-on espérer une relance de l’économie et un financement pour demain ? (73%des investissements publics sont réalisés par les collectivités locales notamment en direction de petites et moyennes entreprises qui font tourner l’économie locale).
  • ne constate-t-on pas à l’inverse dans tous les pays ou les politiques d’austérité fortes sont adoptées (Grèce, Italie, Espagne…) une accélération de la dégradation (et une « augmentation de la recrudescence » dit ma voisine… !!!!).

Le pire dans tout ça, c’est une information de passée presque inaperçue à la mi-janvier. En effet, un membre éminent du FMI, Olivier Blanchard, vient de constater dans un rapport officiel que lorsque l’Etat réduit son déficit de 1 euro, la baisse de la production intérieure brute pouvait aller jusqu’à 1,7 euros….

Actualisé localement ça veut dire quand votre maire réduit la dépense communale de 1 euro, ça vous coûte 1,70 euros.

On se doutait que l’austérité était un non-sens humain et économique, on sait en plus maintenant que l’austérité est une erreur mathématique. Et alors…on continue jusqu’à quand ? puisqu’il est établi que l’on va vers un naufrage d'austérité qui ne profite qu’à une poignée de marchands et d’actionnaires.