Les campagnes électorales sont l'occasion de débattre et de faire des choix. Quoi de plus naturel ! Nous acceptons volontiers l'échange, la contradiction comme nous accepterons le verdict des électeurs. Ceci avec calme, sérénité et confiance!
Seulement voilà, ce débat d'idées ne peut reposer sur le mensonge ou la dissimulation ; c'est pour cela que nous argumenterons de manière ferme et déterminée.
C'est le cas pour le collège de Pian où l'UMP déclare publiquement :
Le collège a été prévu pour 450 élèves alors que cela fait plus de 10 ans que les communes voient leur population augmenter........Nous savions donc que la capacité du collège ne suffirait pas et magré nos appels nous n'avons pas été entendus ! Cela a été fait en dépit du bon sens !
Passons sur le fait que c'est un collège 400 et non 450 et que l'Etat (en concertation avec le département) a en charge la prospective des effectifs scolaires mais venons en aux faits.
Mon prédécesseur Jean Lafourcade, qui a mené une lutte obstinée pendant plus de vingt ans pour la création du collège doit se retourner dans sa tombe. En effet, non seulement on n'a jamais vu ni entendu d'appel du RPR à réaliser un collège plus grand mais c'était bien l'idée contraire que défendait le gouvernement de droite de l'époque (je rappelle que Balladur était premier ministre et Bayrou à l'Education Nationale lors de la création du collège).
Vous avez bien lu, documents à l'appui :
nous observons dans ce secteur une stabilisation des effectifs et, selon les prévisions des services du rectorat, un tassement si ce n'est un recul dès 1996......en tant que représentant de l'Etat, il est de mon devoir d'attirer votre attention sur le caractère non indispensable du collège.
Heureusement pour notre canton, la pression des parents, des élus du canton et du Conseiller Général de l'époque, Jean Lafourcade a permis de renverser la vapeur.
Voilà ce qui a incité la "Coopérative de Campagne" à publier un dossier collège pour mettre à votre disposition toutes mes interventions pour défendre et améliorer la vie et la qualité du collège.
Ce premier épisode électoral nous montre le besoin impératif de "faire bloc" dès le premier tour derrière Michel Hilaire et Valérie Bortot candidats de la majorité départementale.
Nous reviendrons dans un prochain billet, sur la déclaration de Laurent Duville (suppléant de Mme Lassarade) :
..."force est de constater que nous sommes très peu aidés par le Conseil Général"...
A suivre.....