Incroyable, ça continue ! Pendant que les citoyens et « les élus communaux de base » préparent le sapin de Noël et le réveillon en famille, les Présidents des Communautés de Communes du Sud-Gironde (dont celle des Coteaux Macariens) continuent à négocier en urgence un accord pour réaliser une grande Communauté de Communes regroupant 8 Communautés existantes !

Ceci, alors même qu’une large majorité des Communautés concernées ont émis un avis défavorable à ce jour (sans pour cela repousser l’idée de discussion et de coopération).

Mais, cédant sans retenue à la pression des services de l’État, certains veulent à tout prix nous faire rentrer dans la nasse et signer un chèque en blanc avec l’engagement d’une fusion sans projet clair ni retour possible !

Cet empressement est très loin de faire consensus chez les élus de base soumis à un véritable chantage. Ceux-ci sentent bien qu’il serait irresponsable de s’engager ainsi sans garantie alors qu’aucune des conséquences concrètes pour les Communes et la population n’a été envisagée sérieusement. Cet empressement n’est justifié par aucun projet cohérent, structuré et discuté mais par la « nécessité d’être fort » et de « faire comme les autres ». Une politique qui rappelle celle du « troupeau »…..où l’on sait bien que tous les moutons finissent tondus !

Rappelons par ailleurs qu’aucun, je dis bien aucun élu dans nos Communes n’a été mandaté pour voter la fusion/disparition de sa structure intercommunale.

Il s’agit donc d’une fuite en avant et d’un passage en force d’autant plus surprenants que ces réunions se font sous la haute autorité conjointe de Monsieur d’Amecourt (non concerné par cette fusion !) et de Mr Gleyzes, les deux représentants d’un bipartisme très consensuel qui avait déjà étonné plus d’un lors de la réunion aux « Carmes » de Langon où Messieurs Plisson et César avaient unis leurs efforts pour nous « vendre » la réforme en indiquant aux élus médusés qu’il n’y avait pas d’autre solution…même en cas de changement de majorité en 2012 !

Au moment où l’élection inattendue d’une majorité de gauche au Sénat montre le mécontentement des élus de base, au moment où l’espoir d’une victoire à gauche en 2012 grandit, desserrant l’étau d’un système autoritaire qui se met en place dans le pays, est-il imaginable que des élus de gauche accélèrent le pas, choisissent de « précéder » l’évènement et d’aller au-delà , bien au-delà de la loi de réforme des Collectivités Locales dont ils dénoncent par ailleurs la nocivité .

Cette attitude est incompréhensible et j’en appelle à la réflexion de toutes celles et tous ceux qui souhaitent un vrai changement de politique.

N’est-on pas en train de se tirer localement et nationalement une balle dans le pied en abandonnant nos convictions, en ne respectant pas la volonté du peuple et en tuant tout espoir d’alternative. Pourquoi s’engager aujourd’hui dans un système dont les jours sont certainement comptés, pourquoi figer les choses alors que des coopérations pourraient être mises en place demain dans un esprit de solidarité avec la victoire d’une gauche unie.

Mr Mesnard, le Président de notre Communauté de Communes des Coteaux Macariens participe à ses réunions de « fusion sans projet » mais reconnaissons lui (une fois n’est pas coutume) au moins un mérite : il a choisi, pour sa part, de respecter la décision du Conseil Communautaire et s’est engagé à proposer au Préfet l’amendement suivant :

Proposition d’amendement :

"La CDC des Coteaux Macariens (14 communes 9 555 habitants ) étant très au-delà de l'obligation légale de rationalisation des périmètres des Communautés de Communes de moins de 5 000 habitants, et ayant délibéré de manière unanime par deux fois, reste dans le périmètre actuel et poursuit la réflexion et le travail pour une modification de notre périmètre sans s'engager sur un calendrier"



Voilà qui est clair, net, digne et respectueux de la volonté exprimée ; cela tranche avec les manœuvres engagées par ailleurs.