Quitte à paraître lyrique ou décalé, je vais commencer par un retentissant « bonsoir, mes camarades ! »

Nous venons de remporter ensemble une grande victoire en additionnant nos forces. Nous avons par exemple, fait mordre la poussière à d’Amécourt dans son propre canton ! Ce n’est pas rien.
Permettez-moi également, à l’inverse, de citer fièrement les 65% de voix sur le canton de Saint Macaire et bien sûr les 78% obtenu à Saint Pierre d’Aurillac par Martine Faure.

Pour obtenir ces résultats, le Front de Gauche n’a pas mégoté son soutien ; nous avons débattu franchement, bien discuté de manière libre et responsable. Vous devinez, j’espère que ce n’est pas très confortable d’être en Sud-Gironde toujours second et trop souvent réduit à une force d’appoint, sauf peut-être dans le canton de Saint Macaire ; mais après avoir débattu et décidé de notre soutien, nous avons loyalement engagé la bataille pour battre la droite avec toutes nos forces… le résultat est là !

Reconnaissons que nous avons pour cela été aidés par la personnalité de Martine Faure et de Jean-Marie Darmian, qui ont marqué fortement dans le passé leur engagement à gauche, ce sont des croyants et pratiquants si je puis me permettre, ils font ce qu’ils disent et disent ce qu’ils font ; ils osent affirmer des convictions ancrées à gauche. Cela aide au respect !

Nous avons aussi été aidés malgré lui par Monsieur d’Amécourt et ses odieuses déclarations entre les deux tours assimilant Front National et Front de Gauche.

La droite n’a-t-elle donc plus de mémoire ? A-t-elle oublié que le Général de Gaulle lui-même a choisi de s’entourer de ministres communistes à la Libération en reconnaissance de leur rôle irremplaçable dans la lutte contre les idées folles du nazisme et du fascisme, y compris au prix fort de leur vie et de leur intégrité physique. Nous le revendiquons fièrement, le Front de Gauche est l’héritier en France de traditions d’un mouvement social et politique qui n’a jamais, je dis bien jamais, porté la main sur les libertés. C’est une honte de mettre ainsi sur le même plan, les bourreaux et les victimes ! Grave et inacceptable !

Mais, camarades, le plus dur reste à faire, après avoir additionné nos voix dans les urnes, il reste à les additionner dans les luttes sociales ; Martine disait « vous allez vous ennuyer après ces élections »… je vous dirai plutôt pour ma part « nous allons avoir beaucoup de travail et de durs combats à mener » ! Cette droite autoritaire et revancharde ne va pas accepter notre volonté de partage des richesses et des savoirs… elle va défendre ses privilèges.

Alors, oui, après avoir additionné nos forces dans les urnes, nous allons devoir demain les additionner dans les luttes sociales car il y a urgence, il y a une forte souffrance sociale et si nous ne répondons pas à l’espoir de notre peuple, le retour de bâton sera terrible !

Pour que la gauche gagne, on va souvent être appelé à se revoir, chère Martine, nous viendrons à ta rencontre non pas pour dégoupiller des grenades sous tes pieds, mais pour te faire part des souffrances et des exigences de nos concitoyens ; cela va être l’enjeu de la période à venir … répondre aux aspirations populaires pour que la gauche gagne.

Nous avons besoin de mesures fortes pour le partage des richesses, la défense des services publics, pour empêcher le monde financier de nuire… nous avons besoin d’un Front de Gauche élargi à toute la gauche car la gauche doit être plus que jamais la gauche… populaire, laïque, résistante, pacifique, une gauche de partage et de fraternité… mais aussi une gauche féministe et écologique.
'' Merci de votre accueil.''