bandeau_billets_legislatives8.jpg
Le rassemblement qui a eu lieu mercredi 16 mai devant l’hôpital de Langon a été un succès avec une participation importante du personnel.
Durant les discussions qui ont eu lieu devant la porte de l’établissement, j’ai appris avec beaucoup de surprise les conditions très difficiles dans lesquelles travaillent le personnel qui mettait (entr’autre) en avant :

  • l’amélioration des conditions de travail
  • le respect des planning
  • l’arrêt des pressions morales sur le personnel
  • le remplacement systématique des emplois précaires

Comment ne pas partager leurs demandes alors que ce sont celles que j’avance au nom du Front de Gauche avec ma suppléante Huguette Fossat pendant cette campagne électorale !
J’ai également appris que le déficit de ce nouvel établissement issu de la fusion était de plus d’un million d’euros, c’est énorme ! Cela risque d’amener une « mise sous tutelle » et une proposition de retour à l’équilibre par la suppression de services, de lits et de postes !
On connait la musique après cinq ans de Sarkozysme…déficit/fusion/suppression/privatisation…c’est le nouveau « commerce triangulaire libéral ».Mais justement ne faudrait-il pas « changer de partition » et arrêter cette gestion désastreuse et uniquement financière des services publics au détriment des soignés et des soignants ?
C’est, je crois, l’enjeu de ces élections législatives. Faire prévaloir une autre logique, celle de l’humain d’abord où les « petits » auraient enfin leur place. Petits hôpitaux, petits tribunaux, petits collèges, petites communes, petits paysans, petits propriétaires, petits retraités, petits employés ou fonctionnaires, petites associations, petits salaires….

N’y aurait-il plus aucune place pour les « petits » dans ce monde ? Ils représentent pourtant 90% de la population, ce sont eux qui produisent réellement les richesses et le lien social face aux 10% de nantis qui eux possèdent le patrimoine, cultivent l’égoïsme et tirent les ficelles dans la politique et les médias…!

On nous racontait il y a un an encore (à gauche comme à droite) que l’on venait de sauver l’hôpital par la fusion comme on nous disait il y a quelques mois qu’on sauverait les petites communes en les fusionnant. Il se révèle aujourd’hui que la fusion des hôpitaux n’est qu’un des éléments (avec la tarification à l’acte, l’entrée en force du privé dans le public, l’élimination des élus et des représentants du personnel des conseils d’administration…) de la privatisation/rentabilisation des services publics.
Le débat continue et l’action aussi, pas question de rester l’arme au pied. D’ailleurs, il n’y a pas que des points négatifs, en témoigne la mise en place de l’IRM d’ailleurs exigée avec force par la CGT (et au passage, une aubaine pour le privé). Mais permettez-moi de souhaiter qu’en haut, à Paris, la nouvelle assemblée élue prochainement applique enfin une autre logique que celle des fusions/disparitions et l’élimination des « petits ».
Si je suis élu vous pourrez me faire confiance, je n’ai pas de double langage, je ne change pas mon discours et mes pratiques selon la météo ou ceux qui tiennent le manche, je suis déterminé.
Dernier point, je lis et j’entends que tous les élus étaient d’accord avec ces projets qui conduisent à la catastrophe et qu’ils ont tous voté le projet médical sud-gironde. Faux, archifaux ! voici d’ailleurs ce que j’écrivais et je disais en 2009,en m’opposant, c’est vrai, aux propos des élus locaux PS et UMP, comme je l’avais fait quelques années plus tôt en m’opposant au OUI à l’Europe que proposaient ces deux grands partis.
Voilà aussi l’explication de mon vote en 2009…
Prenez le temps de lire ce billet paru en 2009 sur mon blog, notamment sa pièce jointe qui reprend mon intervention publique lors du vote en février 2009. Mes propos n’ont pas pris une ride, mais à l’époque, nous avions Sarkozy aux manettes, aujourd’hui un espoir renait avec le départ de Sarko et l’élection de François Hollande.
Et si le changement c’était vraiment maintenant ? Je pense qu’il nous faut pour cela une gauche sûre et déterminée.
Pour ma part, ce changement à toujours été mon projet et restera mon projet.
Je ne lâcherai rien avec vous et…. avec le Front de Gauche!
Le chantier est ouvert à tous.