Lors des deux derniers conseils communautaires, la question du « transport à la demande » discutée depuis 2008 a été une nouvelle fois abordée.

TRANSPORT A LA DEMANDE : DE QUOI S'AGIT-IL ?

Certes, notre canton est relativement bien doté par une ossature de transports en commun avec des points d’arrêts du réseau TransGironde à Saint Maixant et Verdelais et les gares de Caudrot , Saint Pierre d'Aurillac et Saint Macaire. Ce sont ainsi 7 000 personnes du canton (plus de 70% de la population) qui ont une réponse de transports collectifs à moins de 500 mètres de chez eux, ce qui est rare pour un canton rural.

Reste bien sûr à améliorer la qualité du service mais surtout à prendre en compte les habitants des autres communes qui ont besoin ponctuellement de se déplacer.

Ces habitants peuvent bien sûr faire appel à plusieurs transporteurs privés qui existent sur le canton (il ne s’agit surtout pas de « tuer » l’initiative privée) mais pour certaines personnes dites captives qui n’ont pas de "moyens de déplacement" ni les "moyens de se déplacer", certaines communautés de communes organisent des transports puisque cela relève bien de leur compétence. Ce transport qui ne peut être organisé par des lignes régulières est fait par des moyens plus souples et plus personnalisés dits "à la demande".

LE CONSEIL GÉNÉRAL FINANCE LE TRANSPORT DE PROXIMITÉ….


Ajoutons que le Conseil Général qui n’a pas vocation à réaliser le transport à l’intérieur des CDC s’engage cependant à le financer à 50%, qu’il s’agisse des déplacements à l’intérieur de la Communauté ou pour rejoindre les points d’arrêts existants.
Ainsi, si un habitant de Semens ou de Saint Laurent du Bois prenait ce transport pour aller à la gare de Saint-Macaire ou à l’arrêt de bus de Verdelais, le Conseil Général s’engage à rembourser à la communauté de communes la moitié du déficit et peut fournir une aide dans la gestion des trajets à travers sa plate-forme « TransGironde ».
Le département peut même faire profiter la communauté d’un appel d’offre départemental de gestion de ce service.

Cette vision dynamique des transports collectifs a fait l’objet de nombreuses informations dans les magazines du Conseil Général comme dans ma dernière lettre du Conseiller Général.

UNE CRITIQUE ETONNANTE…


Si cette politique a été votée à l’unanimité au Conseil Général, j’ai pu constater avec surprise qu’elle est contestée publiquement dans notre Communauté qui fait une critique en règle de l’action du Conseil Général accusé « d’insuffisance » dans l’exercice de ses compétences et de « manques qui vont obliger la communauté de communes à se substituer au Conseil Général sans savoir si elle en aura les moyens financiers.
Il est même question de retards dans la mise en œuvre imputables au Conseil Général, ceci est d’autant plus étonnant qu’à ma connaissance, la CDC n’a pas à ce jour délibéré pour accepter la compétence « transport » rendant de fait impossible toute mise en mettre en œuvre de ce transport à la demande sur notre territoire.
Contestant cette critique de notre CDC à l 'encontre du département, j’ai donc pensé utile de vous fournir les quelques explications qui précèdent et celles qui suivent pour mieux comprendre le fonctionnement du service public de transport ceci dans un esprit constructif.

REGION ET DÉPARTEMENT …


La Région et le Département développent des transports structurants selon des schémas d’envergure,
Plan_du_r_seau_TER_Aquitaine.jpg Le réseau TransGironde

MAIS, LES AGGLOMÉRATIONS AUSSI...


Elles le font en coordination avec les autres réseaux existants (Bacs de Gironde,TBC de la Communauté Urbaine de Bordeaux, BAÏA (réseau du Sud bassin), LIBUS (réseau public de la commune de Libourne), Bacs sur l’estuaire…
carte-gironde_transports.png

MAIS, LES COMMUNAUTÉS DE COMMUNES AUSSI…


En effet beaucoup de communautés de communes viennent en complément de cette action car il reste à régler les transports locaux qui sont le maillon indispensable pour rejoindre les grandes lignes. Les bus TransGironde ne peuvent bien sur passer à toute heure dans chaque hameau. Ce transport de proximité se fait dans le cadre de la compétence de la communauté de communes et a déjà été mis en place dans plusieurs autres communautés de communes avec l’aide du département :
à Bourg sur Gironde et à à Pellegrue

A CHACUN SON RÔLE, MAIS IL FAUT UNE VISION COHÉRENTE D’ENSEMBLE…


Ce projet de notre Communauté des Coteaux Macariens est donc intéressant et peut être mis en œuvre en complémentarité avec l’action du Conseil Général et du Conseil Régional qui gère lui les TER( Train Express Régionaux).
Ainsi le Conseil Général ne créé pas de transport en commun dans les communes où il y a une gare ( Caudrot, Saint Pierre d'Aurillac, Saint Macaire) .
Il ne me semble donc pas utile d’opposer les projets mais plutôt de coopérer dans l’intérêt des habitants.

Ajoutons à ce dynamisme que la création d’un lieu de co-voiturage à Langon, la mise en place du projet « TransGironde » avec de nouvelles lignes, avec un tarif unique à 2,50 euros ramené par abonnement à 1 euro pour un jeune de moins de 28 ans, utilisateur régulier, viennent d’entraîner une augmentation de 70% de la fréquentation en quelques mois.

Ce qui n’empêche pas bien sûr d’améliorer encore et toujours le système existant. Je pense au nécessaire cadencement (passages réguliers) de trains aux heures de pointe promis par la région qui devait être mis en œuvre dès 2012…mais qui suppose des travaux sur la ligne pour multiplier les « sillons » disponibles. Or ces travaux programmés dans le cadre du contrat de plan tardent à se mettre en place…le (fameux) projet LGV engloutissant tous les fonds disponibles.
Mais, ça c’est une autre histoire…quoique…
Pour la part qui lui revient le Conseil Général nous annonce cependant une bonne nouvelle : la ligne Bordeaux Langon passant par Verdelais et Saint Maixant sera la deuxième équipée de l'e-c@r en Gironde dès septembre.

Malgré une conjoncture difficile le département avance de manière réfléchie et remarquable sur le projet des transports collectifs ; pourquoi donc bouder son plaisir quand tout appelle à la coopération positive et constructive entre le département et la Communauté de Communes des Coteaux Macariens ?.