La démocratie serait donc la souveraineté du peuple selon la définition étymologique. Je ne sais ce qu’en pense le peuple grec mais je vais vous donner mon sentiment.

Je rencontre en effet de plus en plus de gens qui me disent « qu’on n’est pas en démocratie ». Vaste débat, mais très franchement je partage avec eux l’essentiel de la formule.

Non, on n’est pas en démocratie quand les riches sont toujours plus riches et détiennent tous les pouvoirs, des médias aux usines et aux banques, on n’est pas en démocratie quand les pauvres sont toujours plus pauvres au point pour certains d’être « en dessous du seuil de pauvreté » et sont si préoccupés du lendemain qu’ils ne se posent même pas la question de participer à la chose publique, réservée à une élite.

Il n’y a pas de démocratie à coup sûr pour tous les « sans » qui sont quand même des millions en France » : sans papier, sans domicile, sans retraite, sans revenus, sans travail (fixe), sans moyens suffisants d’éduquer ses enfants ou de se soigner, sans moyens de locomotions…. EUX sont relativement nombreux et EUX sont loin de penser et faire ce qu’ils veulent (autre définition de la démocratie) mais font plutôt ce qu’ils peuvent quand ils peuvent avec ce qu’ils ont. Et avec l’austérité qui se précise…EUX, c’est de plus en plus NOUS !

Ajoutons que ces « sans » ont arrêté de voter car ils ne croient plus à la démocratie élective mais même ceux qui ont le courage d’aller encore voter se posent des questions et émettent des doutes sur la « démocratie élective » surtout après ce début de mandat de Hollande où chaque citoyen se sent « roulé dans la farine »( pour rester poli).

La question vient automatiquement à l’esprit : "ce système de gouvernement représentatif " mérite-t-il le qualificatif de démocratique ?

Je suis donc plus que jamais persuadé que la justice ne triomphera pas SEULEMENT par les élections mais suppose une RÉFLEXION et une ACTION (déterminée) du plus grand nombre. Les riches ne laisseront jamais en effet leurs privilèges leur échapper sans réagir. Réduire la démocratie à un système électif serait illusoire.

Reste une dernière question qu’il ne faut pas négliger, c’est la question du mandat représentatif où l’on confie à un élu le soin de vous représenter.

Ce système est-il démocratique ?

Pourquoi pas vous dire franchement qu’après avoir baigné 36 ans dans le « système » (représentatif), j’ai plus qu’un doute. Je vois bien par exemple comment, dans nos réunions trop nombreuses les élus ne représentent souvent qu’eux-mêmes, l'avis étant rarement demandé aux citoyens (ou même aux élus communaux de « base »). Je vois bien comment toutes les décisions importantes se prennent dans les couloirs, au téléphone, à table, ou dans des « réunions informelles » et autres colloques. Je vois bien comment de nombreux élus décidés à mettre les pieds dans le plat en début de mandat deviennent vite résignés devant le bloc de ceux qui ne veulent rien changer à l’ordre des choses, par résignation, par idéologie, par peur ou par intérêt.

Quitte à vous paraître excessif, j’ai pu vérifier combien le « pouvoir corrompt » y compris des dirigeants « contestataires » et même « révolutionnaires ». Et puis il y a l’argent, la tentation de l’argent. On pourrait même dire que souvent, le pire riche est celui qui a été pauvre.

Aucun élu n’est à l’abri de ces déviances. Je me suis fixé pour ma part un certain nombre de règles financières (je ne garde pour moi que l’équivalent de mes revenus de professeur des écoles) et éthiques/politiques (partager le pouvoir, abandonner la charge de maire au bout de deux mandats) pour me prémunir de ces tentations.

Mais je crois que la solution ne peut être seulement « individuelle » car « l’Homme » est ce qu’il est.

Alors quoi faire ? Je vous/me pose la question ?

Certains pensent qu’il faut supprimer la démocratie et trouver un « mec (ou une femme) à poigne « qui vous mette de l’ordre là-dedans ». Suivez mon regard.

Certains (j’en fait partie) pensent qu’il faut organiser une démocratie citoyenne beaucoup plus directe et participative ; je crois que de toute évidence il faut chercher autre chose de ce côté-là !

En ce sens, je reçois de plus en plus souvent de la part de lecteurs du blog des messages faisant référence à un autre système ; celui du tirage au sort des élus parmi des citoyens volontaires, aptes, surveillés, révocables à tout moment, évalués à mi-mandat.

Quitte à faire bondir mes collègues (élus) et mes camarades du « front de gauche »…j’ai une certaine sympathie pour ces idées, à étudier de plus près, je crois qu’il y a là une piste intéressante pour une gauche qui voudrait vraiment changer les choses.

Pour lancer la réflexion, une vidéo

et un lien reçu récemment de la part de lecteurs du blog.