Je vous ai parlé dans un précédent billet des plantes de septembre sur les bords du fleuve. Après la flore, la faune de septembre...avec un remarquable insecte qui marque les premiers jours du mois. Il s’agit de « l’éphémère ». Ici, on l’appelle la « manne ».

Cet insecte tire son nom « éphémère » d’un destin hors du commun qui le conduit à ne vivre que quelques heures hors de l’eau, le temps rapide d’une reproduction qui assurera la survie de l’espèce.

En effet, après avoir subi plus d’une dizaine de mues dans la Garonne, cet insecte aquatique va monter à la surface avant de s’envoler pour s’accoupler en plein vol avant de déposer des centaines d’œufs à la surface de l’eau. De plus, la manne a une bouche si petite qu’elle est incapable de se nourrir.
A noter que la nature toujours prévoyante a doté le mâle de pattes arrières plus longues pour lui permettre de tenir solidement sa bien-aimée durant l’acte d’amour somme toute acrobatique.

Attirée par la clarté des luminaires municipaux les mannes offrent à la tombée de la nuit aux riverains du fleuve un remarquable ballet lumineux.

mannes.JPG