Le 22 novembre 1925 le Conseil Municipal de Saint Pierre d’Aurillac décidait d’électrifier la commune. Devant les difficultés pour réunir la somme concernée et « pour se mettre à couvert des hausses possibles » les élus décidaient « de faire une liste de souscription communale pour réaliser un emprunt sur particuliers ». (retrouvez la délibération du 22 novembre 1925 en annexe).
C’est ainsi que 200 000 francs ont été collectés au taux de 3,8% sous la forme d’obligations de 500 francs à souscrire par les futurs abonnés.
Cela a permis à notre commune de s’électrifier au moindre coût.
Aujourd’hui, notre conseil municipal a programmé la réalisation d’une station d’épuration dont le coût est en train "d’enfler" à vue d’œil pour les contribuables… à cause de la cherté des emprunts…
Pourquoi ne pas faire baisser les coûts en lançant une souscription communale, avec un rendement fixe et garanti par la vente d’un service ainsi moins coûteux.
Une façon de placer ses économies sur un circuit court, utile avec des intérêts garantis…
Et puis on serait sûrs et certains que nos dépôts ne vont pas servir à la spéculation sur les marchés financiers parisiens ou internationaux.
Oui, mais voilà, la procédure est très lourde, nécessite l’intervention d’un arrangeur (un établissement financier) et l’autorisation de l’autorité responsable des marchés (rien que ça !). Comme vous pouvez le constater, ce n’est pas demain que la commune de Saint Pierre va faire de la concurrence aux banques.
Ainsi est faite la loi ! Il faut toujours passer par l’aspirateur spéculatif bancaire … !!!