Bienvenue sur le blog de
michel hilaire...

Mot clé - Identité nationale

Fil des billets

Arrêtons ce débat...on sait déjà où il a pu nous mener...

3_couleurs.bmp
Je ne refuse pas le débat (comme l'écrit sud-ouest ce matin) mais je refuse CE débat-là !
Il faut en effet que ces débats sur l'identité nationale associés à l'immigration s'arrêtent immédiatement. Ils ne sont faits que pour jeter de l'huile sur le feu et on devine déjà où ça va nous mener !
J'y suis bien sûr particulièrement sensible puisque j'ai la chance d'être le père d'un enfant né à Bag Giang au VietNam.
Un jour, un homme pourtant respectable m'a dit : "les asiatiques sont des gens travailleurs qui ont bon esprit, pas du tout comme les noirs et les arabes". J'ai cru que j'allais éclater en sanglots. J'en ai encore la chair de poule.
Mais ce citoyen de base n'avait rien inventé car c'est ainsi que raisonnaient les marchands de travail gratuit et de chair humaine, il y a peu d'années encore ; à part que ces colonisateurs ont exploité aussi bien le travail des africains du nord, de l'Afrique noire ou de l'Extrême Orient ; Je vous livre au passage deux témoignages que peu de "Français" connaissent sur les qualités de travailleurs des asiatiques :

Les choses ont-elles vraiment changé quand le ministère de l'agriculture conseille aux viticulteurs français aujourd'hui en difficulté de trouver "à l'Est" de la main d'oeuvre meilleur marché dans le cadre de la concurrence libre et non faussée européenne.
Décidément, il faut que ce débat s'arrête car on sait déjà où il a pu nous mener !

 

Je ne participerai pas au débat que me proposent le Président et le Gouvernement....

La sous-préfète de Langon m'a invité vendredi à un débat sur l'identité nationale et me demande de diffuser l'invitation autour de moi.
Je me permets de vous faire part, selon son voeu, de son invitation mais aussi de ma réponse. Et puis rappellez-vous, de ce billet du mois de novembre sur le même sujet, des fois que vous l'auriez raté....
invitation_SP.jpg

Voici ma réponse :

Je ne participerai pas au débat que me proposent le président et le gouvernement.
A quelques mois des élections régionales, la confusion des genres (en particulier l’étrange lien identité nationale et immigration), rend le débat impraticable.
Pour moi, la Nation est faite de diversité, de mouvement. Pour s’en tenir au siècle dernier, elle s’est bâtie et nourrie sur notre terre de Gascogne (forte de ses racines) de rencontres les plus diverses : avec les immigrés républicains espagnols, les réfugiés de Lorraine souvent d’origine polonaise ou italienne, les travailleurs de la terre marocains, les ouvriers de la chaussure tunisiens, les maçons italiens, les carreleurs portugais…
Tous ces gens n’étaient pas obligatoirement « très catholiques » mais ils ont presque toujours fait de valeureux résistants dans les années les plus noires, de solides travailleurs pour notre pays et de sincères républicains ; certains sont devenus des artistes de talents.
Leurs enfants étudient ensemble au collège et jouent au foot dans la même équipe, participent ensemble à la vie sociale, culturelle, associative locale.
Je ne veux ni ne peux courir le risque de participer à une nouvelle tentation raciste en contribuant à labourer et fertiliser le terrain des idées d’une droite extrême.
On ne maintient pas la cohésion nationale en dressant les Français les uns contre les autres, ni en cherchant des boucs émissaires. L’unité de la Nation tient dans le projet et le respect des identités personnelles. Elle n’est pas la recherche figée d’une identité commune.
Je ne veux pas pour demain une carte d’identité nationale… ma carte nationale d’identité me va très bien.
L’identité nationale suppose enfin le respect de l’identité régionale, d’une culture faite de plusieurs langues, le respect des notions de service public, de laïcité et de démocratie locale de proximité (incluant le vote des étrangers), c’est aussi la solidarité et la coopération internationale au-delà des cultures et des religions.
Autant de valeurs fondatrices de la République mises à mal aujourd’hui et qui me font douter de l’intention rassembleuse et apaisante du gouvernement.

Michel Hilaire
Adjoint au maire de Saint Pierre d'Aurillac
Conseiller Général du canton de Saint Macaire