Le maréchal de Turenne disait à son cheval sur le champs de bataille : « tu trembles, carcasse, mais si tu savais où je te mène, tu tremblerais encore plus ! »