Lors du débat organisé par le collectif de défense des retraites samedi 20 novembre à Pondaurat, j'ai indiqué qu'à mon avis ce mouvement pour le droit à la retraite révélait le début d'une prise de conscience sur la nature fondamentale injuste et inefficace de cette société libérale "financiarisée" à outrance et n'ayons plus peur des mots de cette société ca-pi-ta-lis-te !
Le mot d'ordre repris à plein coeur "les jeunes dans la galère, les vieux dans la misère, de cet'société là, on n'en veut pas !" résonne encore dans nos têtes.
J'ai indiqué que Sarko devait partir le plus rapidement possible, mais qu'au-delà se posait la question d'une "alternative" c'est à dire de la construction dès maintenant d'un autre projet de société. Bloquer l'économie comme le proposent certains...et le lendemain quand tout est bloqué, on fait quoi et avec qui ?
Contrairement à ce qu'avançaient des participants aux débats qui refusaient toute forme d'organisation qu'elle soit politique ou syndicale, je crois que pour mener cette construction à terme, il nous faut des syndicats efficaces et unis, un mouvement social fort mais aussi des débats constructifs et respectueux avec des forces de la gauche antilibérale et des partis et/ou mouvements rénovés et transparents mais aussi et surtout respectueuses les unes des autres.
J'ai indiqué que l'alternative Sarkozy/Strauss-Kahn n'est pas pour moi une alternative sociale et politique satisfaisante, ce qui a fait réagir....
Je reste sur ma position et ce n'est pas ce tout récent billet de Raoul Marc Jennar qui va me faire changer d'avis, bien au contraire.