J’ai assisté jeudi 6 mai à deux réunions importantes pour notre canton.
Lors de la rencontre du matin, il s’agissait de faire le point avec les services de la CAF et de la MSA sur les activités concernant la communauté de communes (et les communes) dans le domaine de l’enfance.
Il y avait foule : responsables d’associations, personnel d’encadrement, élus et personnel communal.
J’ai été impressionné par la réflexion, le dynamisme, le souci d’humanité qui dominait dans les propos. L’enfance rassemble et c’est encore heureux.
Le soir avait lieu une réunion des commissions permanentes des trois collèges du secteur : Toulouse-Lautrec et Jules Ferry de Langon et Pian sur Garonne sur l’évolution prévisible des effectifs. Là aussi, se dégageait une extraordinaire volonté commune de qualité du service public.
Dans ces réunions j’ai pu faire deux constats forts :

  • d’une part, la forte hausse du nombre d’enfants sur notre canton
  • d’autre part, les hésitations de nos « institutions » à répondre à la demande en hausse

Qu’il s’agisse des centres de loisirs, du collège de Pian, de la maison de l’enfance, des activités périscolaires ou de la vie associative, un effort sans précédent doit être fait au niveau de l’enfance dans notre canton.
C’est une question d’éthique et d’avenir, la base de toute « politique » même locale !
Il est impensable que les politiques de l’enfance fassent les frais de la rigueur souhaitée par les marchands et les spéculateurs financiers et politiques. Impensable également d'accepter de nouveaux habitants et de refuser d'intégrer leurs enfants.
Dans toutes les institutions où je siège : conseil municipal, communautés des communes, département, qu’on ne compte pas sur moi pour des compromis lorsqu’il s’agit de l’enfance et j’ajouterai, concernant également la santé et la culture !
Si on lâche sur l’essentiel… à quoi sert-il d’être élu ?
cross