J’ai visité en novembre dernier la centrale nucléaire du Blayais avec une délégation de conseillers généraux. Initiative éminemment intéressante pour moi puisque j’ai décidé de « revisiter complètement mon appréciation » sur le nucléaire. C’est d’ailleurs ce que j’ai formulé d’entrée au directeur qui a assuré avec beaucoup de disponibilité la visite.

Pour repartir d’un œil neuf sur le sujet, j’ai souhaité me débarrasser de toutes les idées préconçues (pas facile) et de commencer par le commencement, c'est-à-dire une visite sur place. Je n’ai pas été déçu car nous avons été autorisés à pénétrer au cœur des bâtiments c'est-à-dire jusqu’à la piscine où sont entreposées les barres de combustibles. C’est là que ça a "merdé" à Fukushima. Nous avons revêtu des combinaisons, gants, chaussettes ; nous étions équipés d’un dosimètre et d’un code secret qui ressemblait étrangement à celui de ma carte bleue…tiens…bizarre… !

Je suis donc passé par la case portique antiterroriste puis par la case déshabillage au milieu du personnel d’EDF qui se changeait avant de pénétrer dans les espaces les plus confinés.
Étrange malaise mais furieuse envie de rigoler lorsque je me suis retrouvé en slip avec mes collègues élus (pensez donc, il y avait même plusieurs vice-présidents) ; c’est d’ailleurs étrange à quel point un conseiller général front de gauche à moitié à poil ressemble à ses collègues socialistes (il n’y avait pas d’élus de droite).
Au retour de cette visite, en ouvrant mon ordinateur, j’ai trouvé deux messages :

Décidément , il y a matière à débat en toute franchise et je le répète sans a priori !